Medien "Wat viral ass, gëtt méi visibel"

Zanter datt se vill a séier op soziale Medie gedeelt kënne ginn, si Biller méi visibel, seet den André Gunthert. Fir de franséische Spezialist vun der Geschicht vum Visuelle kënnt déi digital Entwécklung gewëssermoossen och de benodeelegte Minoritéiten an der Gesellschaft zegutt.

Michel Delage

Georges Floyd
Screenshot: New York Times

Am digitalen Zäitalter gëtt ee vu Biller iwwerschwemmt, wat mam Handy vill méi einfach ginn ass. Do kann een zum Beispill de Selfie ernimmen, den Ausdrock vun engem ëmmer méi groussen Hang zum Narzissmus.

Déi Analys entsprécht der klassescher Approche vun der Konschtgeschicht, déi sech haaptsächlech mat der Produktioun vun de Biller beschäftegt huet. Fir den André Gunthert muss ee méi wäit goen an déi aner Méiglechkeete vun der digitaler Fotografie, respektiv dem Handy ervirhiewen:

"Cet outil qui est le producteur de l'image est aussi, exemplairement, un outil qui sert à l'envoyer, à la diffuser par l'intermédiaire du réseau, en particulier des réseaux sociaux. Ainsi on va passer de la question de l'image à celle de la visibilité. Ce qui est arrivé aux images depuis la transition numérique, c'est qu'elles sont devenues plus nombreuses et, surtout, beaucoup plus visibles qu'autrefois. Par ses effets, l'image participe aujourd'hui au débat public."

Copwatching, Instrument vun de Minoritéiten

Well se mat Handye gefilmt an op de sozialen Netzwierker gedeelt goufen, sinn zum Beispill Gewaltexzesser vun der Police an deene leschte Jore vill méi visibel ginn. Duerch de ''copwatching'' huet d'Kräfteverhältnes ugefaange sech zugonschte vun den Affer vun där Gewalt ze veränneren.

Den André Gunthert nennt d'Beispill vun de Gilets jaunes oder vun de Schwaarzen an den USA. "La visibilité publique des images donne un pouvoir politique à des minorités, à des subalternes."

Allerdéngs geet dës nei Visibilitéit eleng net duer, seet den André Gunthert. A Frankräich wier d'Police-Gewalt wärend de Gilets-jaunes-Protester an der ëffentlecher Debatt net grouss thematiséiert ginn, obwuel do scho vill Videomaterial zur Verfügung stoung.

Eréischt elo wou d'Regierung d'Filme vu Polizisten iwwer Gesetz wëllt verhënneren, hunn d'Medien de Sujet wierklech opgegraff. D'Reaktioun op den amerikanesche Videofilm, deen d'Ermordung vum George Floyd duerch Polizisten dokumentéiert, wier eng Ausnam:

"Cette vidéo a déclenché une vague d'émeutes et de manifestations pendant plusieurs semaines à l'échelle de tous les Etats-Unis. Elle occupe le terrain médiatique d'une façon considérable. Mais il y a une disproportion étonnante entre le nombre de documents produits et les quelques vidéos qui arrivent à émerger. Donc il y a un problème, et il faut reformuler complètement la question."

Gewalt huet eng Warnfunktioun

D'Duerstelle vu reeller Gewalt bleift an de Medien en Tabu, mengt den Historiker. An der Reegel géif se an ofgeschwächter Form gewise ginn, seele kréich ee Blutt ze gesinn.

Déi berüümt Foto vum klengen Aylan, deem syresche Flüchtling, dee virun der tierkescher Küst erdronk ass, huet den Tour vun der Welt gemaach, well een dem Kand säi Gesiicht net drop erkennt, esou den André Gunthert:

"Bien sûr qu'on peut regetter le fait de montrer la mort de George Floyd, on peut s'en plaindre. Mais s'il y a eu ces émeutes, ces manifestations, c'est que cette vidéo a montré une violence insoutenable et tout à fait inhabituelle. Dans le cadre du monde médiatique actuel, la vision de la violence fonctionne comme une alerte. Avec l'alerte, on sort de la médiation classique, on est dans un caractère d'urgence. L'alerte concerne la communauté (nationale ou tout autre collectivité), ce qui lui donne une légitimité."

D'Alerte gëtt dann ausgeléist, wa genuch Internetbenotzer en Dokument, dat op eng bestëmmte Manéier duergestallt ass, a kuerzer Zäit deelen oder liken. Duerch d'Widderhuelung entsteet eng Acceleratioun vum Medium: d'Dokument gëtt viral.

Dacks gëtt et dann eréischt vun traditionelle Medien thematiséiert. Entscheedend fir d'Viralitéit ass, an den Ae vum André Gunthert, d'Iddi vun der Narratioun, der Erzielung. Et géif manner drëms goen, wat op der Foto oder am Videofilm gewise gëtt, mee wat een domat erzielt. An dat wier e kollektiven Exercice:

"La viralité est une conversation en ligne entre différents interlocuteurs qui, le cas échéant, se contredisent. Ce n'est pas comme un message publicitaire qui passe par un canal, un grand média et qui nous est imposé. En fait, c'est tout le contraire.

Ce qui est le plus viral, c'est une controverse. Si vous avez une polémique avec des arguments et des contre-arguments, le degré d'attention s'élève encore plus. C'est ça qu'on voit sur les médias sociaux, parce qu'ils sont fondamentalement des médias conversationnels. Chacun peut participer à un échange qui s'effectue sur un mode conversationnel: on se parle et on se répond. C'est un montage participatif avec des images qui jouent le rôle de preuve et de contre-preuve."

Internetbenotzer reagéieren op Schemaen

Fir den André Gunthert huet déi méi grouss Visibilitéit vun de Biller awer näischt domat ze dinn, datt d'Internetbenotzer déi Biller besser kéinten analyséieren, wéi dat virdrun de Fall war:

"Le schéma des violences policières racistes aux Etats-Unis, c'est un récit, une organisation du sens. Une fois que cette organisation du sens est installée par un certain nombre d'épisodes, elle permet une lecture immédiate. Il y a des récits qui se construisent, qui restent dans la mémoire et qu'on va réutiliser lorsqu'on croit reconnaître une configuration analogue.

L'extrême rapidité de la réaction à la mort de George Floyd illustre cette longue histoire malheureuse de l'agression raciste policière aux Etats-Unis. On a un ensemble de motifs qui permettent d'identifier tout de suite ou de penser qu'on identifie un crime raciste. Et cette lecture va donner lieu à tout un tas de réactions."


Den André Gunthert ass Maître de conférences en histoire visuelle bei der École des hautes études en sciences sociales (EHESS) zu Paräis. Den 12. November hat hien eng Videokonferenz gehalen am Kader vum Forum Arts, Médias et Société vum Konscht-Casino.

An der Mediathéik:

Kultur / / Michel Delage
Lauschteren

Méi zum Thema

Programm

Net verpassen

  • Am Gespréich: Marc Angel a Samuel Hamen

    Marc Angel, Samuel Hamen

    Zwou Generatioune vu Kënschtler hu sech zesummegedoen, fir eng originell hybrid Form ze schafen.

    Mir ënnerhalen eis mam Zeechner a Schrëftsteller an der Woch vum 23.11. méindes bis freides um 12:40 a sonndes um 10:10

Dossieren

  • CinEast-Festival 2020

    De CinEast-Festival weist eng Selektioun vu mëttel- an osteuropäesche Filmer. Déi 13. Editioun ass wéinst der Covid-Pandemie eng hybrid: d'Filmer gi souwuel um groussen Ecran wéi och online gewisen.

  • AutorInne-Lies

    D'Publikatioun PM 19 10 huet d'Valerija Berdi inspiréiert fir déi akustesch Athmospär fir d'Buch ze liwweren. Hatt huet sech dofir op de Wee gemaacht an eng ganz Rei Andréck bei Autorinnen an Auteuren doheem akustesch agefaangen.

Iwwert eis

De radio 100,7 ass deen eenzegen ëffentlech-rechtleche Radio zu Lëtzebuerg. E proposéiert Programmer op Lëtzebuergesch mat engem Fokus op Informatioun, Kultur, Divertissement a mat Akzent op d’klassesch Musek.

Weider liesen