Kommunikatioun Muecht vun de Biller, Biller vun der Muecht

Biller sinn net onschëlleg a kënne Gewalt ausléisen. An deem Sënn hunn och Karikaturisten eng politesch-ethesch Verantwortung, seet d'Marie-Josée Mondzain. D'Philosophin warnt awer virun enger Confiscatioun vun de Biller duerch de Pouvoir. D'Spectateure missten hir Interpretatiounsfräiheet bäibehalen.

Michel Delage

Protester a Frankräich am November
A Frankräich koum et am November zu Protester géint ee Gesetzesprojet, dat d'Fotograféieren an d'Filme vu Poliziste wëllt verbidden. Foto: picture alliance / NurPhoto

Ob Karikatur vum Prophet Mohammed oder Fotoen, déi Policegewalt dokumentéieren: Biller vermëttelen ëmmer méi wéi dat, wat se direkt weisen. Si orientéieren de Bléck, loossen awer och onendlech vill Interpretatiounen zou, sou d'Philosophin Marie-Josée Mondzain an enger Videokonferenz vum Konschtkasino:

"Cette inépuisable autonomie caractérise ce que nous appelons les images de l'art. L'art des images est justement ce qui préserve, sans l'entamer, l'impensé qu'aucun savoir ne saurait épuiser. Nous métaphorisons cette irréductibilité inépuisable de l'art en parlant, par exemple, de son éternité ou d'une éternité des œuvres, dont aucun discours ne saurait clore le sens et déchiffrer le sens une fois pour toutes."

Biller sollen eis zum Denken ureegen, net an eiser Plaz denken. Well da gi se zu sougenannten "Images parlantes", wéi d'Marie-Josée Mondzain se nennt, déi eis Interpretatiounsfräiheet aschränken:

"Ces images parlantes sont celles de la propagande, de la publicité, de l'information massive et d'un marché dominant qui considère que la pensée est et doit rester du côté des dispositifs producteurs de visible et d'images, et ne plus être du côté de ceux et de celles à qui ces images sont adressées. Les penseurs de l'image sont alors ceux qui les produisent intentionnellement pour en construire, contrôler, vérifier les effets. Ce qui est attendu du spectateur - récepteur de ces images - n'est donc pas un état de la pensée ni sa mobilisation critique, mais un état du désir, un affect propre à l'adhésion."

Biller fir Muecht opzebauen an ze erhalen

Fir de Statut vun de Biller ze verdäitlechen, erënnert d'Marie-Josée Mondzain un de Muechtkampf tëschent dem Keeser an der Kierch am byzantinesche Räich. De Keeser wollt d'Biller verbidden, d'Kierch konnt dat awer verhënneren an domat hire Pouvoir duerchsetzen, opgrond vun hire Biller an der Bedeitung, déi si hinne ginn hat:

"L'image net doit plus bouger et ne doit plus faire bouger. Elle est au contraire ce qui construit, préserve et assure la permanence inébranlable du système en lui conférant une naturalité totalement imaginaire, une force indiscutée, celle de la communication d'un message indiscutable.''

D'Bild soll net méi onendlech vill Interpretatiounsméiglechkeeten zouloossen, d'Bild steet just nach am Déngscht vum autoritäre Regime:

"L'image devient l'auxiliaire avoué de l'interdiction de penser, de lier, de dire, de déplacer, de se déplacer. Ce suspens de la pensée critique a été évoqué, d'ailleurs, lors de l'effondrement des Twin Towers, dont on a dit qu'elle était interdite, que c'était un impensable. Elle est au contraire le plus ferme appui des identifications et des identités dont les polices aujourd'hui font un usage coercitif et menaçant."

Mohammed-Karikaturen: Symbol vun der Meenungsfräiheet?

Domat ass d'Bréck geschloen zur aktueller Debatt a Frankräich iwwer de geplangte Verbuet, fir Polizisten ze filmen oder ze fotographéieren, ënner anerem also och fir Policegewalt ze dokumentéieren. Dat heescht awer net, datt alles muss erlaabt sinn, mengt d'Marie-Josée Mondzain.

A Bezuch op Karikature seet d'Philosophin, datt och Zeechner eng politesch-eethesch Verantwortung hunn, trotz dem Attentat op Charlie Hebdo:

"Toutes les formes du rire qui construisent de la pensée, même violemment critique, ne sauraient user de la morsure du ricanement, qui est une posture destructrice qui ne laisse aucune chance à celui dont on ricane que la réponse violente et destructrice. Il n'est pas question pour moi de justifier des crimes ni d'incriminer des dessins. Mais la moindre des choses est de ne pas considérer de telles images comme les emblèmes de la démocratie, de la liberté d'expression et de la laïcité.

Dire 'tout ça pour ça' dans un après coup d'autodérision, c'est accorder à l'image une innocence ou une insignifiance qui disqualifie la responsabilité politique - et la gravité de l'image-, de ceux qui écrivent et de ceux qui dessinent. Il est surprenant que ceux qui font des images laissent entendre que l'image est peu de chose, et même si peu de chose qu'on aurait tort de la prendre au sérieux. S'il en était ainsi, pourquoi les défendre au nom d'un enjeu aussi sérieux et aussi grave que la liberté d'expression et le principe de laïcité."

Karikature jo, Biller vu Policegewalt nee

D'Marie-Josée Mondzain hieft an deem Kontext eng paradoxal a widderspréchlech Reaktioun vun de politeschen Autoritéiten ervir: d'Biller wiere gläichzäiteg onschëlleg a schëlleg:

"D'un côté, la défense institutionnelle de la liberté d'expression se pare du manteau solennel des valeurs de la République et de la laïcité face à des images qui seraient toujours innocentées. Aucune image ne saurait être interdite même si elle manifeste le désir de nuire et qu'elle use d'un rire malveillant à l'égard de ceux qu'elle dénonce. Résumons d'un mot: 'ce ne sont que des images et les images ne font de mal à personne'.

Et en même temps, c'est le même pouvoir qui promulgue une loin désormais votée dite 'de sécurité globale' (j'espère qu'on va continuer de s'y opposer). Selon cette loi, les images particulières - celles de la police et uniquement elles, celles des violences policières - sont désormais interdites. Car, dit-on, elles font du mal à ceux qu'elles montrent et seraient accusées de malveillance. Voilà d'un coup, par l'effet d'un décret autoritaire, que les images deviennent une affaire sérieuse."

All Form vu Gewalt an den Echec fir mam Denken ze konteren hänkt mat der grousser Geschicht zesummen, sou d'Marie-Josée Mondzain. Déi aktuell kollektiv Kris ëm d'Biller géif an engem selwechte Mooss déi fréier Kolonisateuren a Koloniséiert betreffen, déi eventuell elo op Gewalt zeréckgräife fir hir Revanche ze huelen. Am Sënn vun enger Emanzipatioun vum Bléck a vum Denken vu jiddwerengem plädéiert d'Philosophin fir eng "Décolonisation de l'imaginaire'', ugefaange mat eisem eegene Bléck an Denken.


Op Invitatioun vum Konschtkasino huet d'Marie-Josée Mondzain viru Kuerzem eng Videokonferenz gehale mam Titel: ''L'image impensée, l'impensé de l'image.''

De Casino Luxembourg organiséiert reegelméisseg Konferenzen am Kader vum "Forum Arts, Médias et Société".

An der Mediathéik:

Kultur / / Michel Delage
Lauschteren

Méi zum Thema

Was wir wollten.jpg Filmkritik
Netflix

Eng Koppel muss sech an der Vakanz mam onerfëllte Kannerwonsch ausernee setzen... ''Was wir wollten'' vun der Éisträicherin Ulrike Kofler behandelt e schwierege Sujet mat enger gewësser Liichtegkeet.

Georges Floyd
Medien

Zanter datt se vill a séier op soziale Medie gedeelt kënne ginn, si Biller méi visibel, seet den André Gunthert. Fir de Spezialist fir d'Geschicht vum Visuelle kënnt dat och Minoritéiten zegutt.

Programm

Net verpassen

  • Nei Serie: poesik

    jr-korpa-GQeSfSWmXvI-unsplash.jpg

    Dem Jean Portante seng nei Serie stellt Kompositiounen a Lidder vir, Wierder a Kläng, déi der Weltpoesie eng nei Dimensioun ginn a se dem Publikum méi no bruecht hunn.

Dossieren

  • CinEast-Festival 2020

    De CinEast-Festival weist eng Selektioun vu mëttel- an osteuropäesche Filmer. Déi 13. Editioun ass wéinst der Covid-Pandemie eng hybrid: d'Filmer gi souwuel um groussen Ecran wéi och online gewisen.

  • AutorInne-Lies

    D'Publikatioun PM 19 10 huet d'Valerija Berdi inspiréiert fir déi akustesch Athmospär fir d'Buch ze liwweren. Hatt huet sech dofir op de Wee gemaacht an eng ganz Rei Andréck bei Autorinnen an Auteuren doheem akustesch agefaangen.

Iwwert eis

De radio 100,7 ass deen eenzegen ëffentlech-rechtleche Radio zu Lëtzebuerg. E proposéiert Programmer op Lëtzebuergesch mat engem Fokus op Informatioun, Kultur, Divertissement a mat Akzent op d’klassesch Musek.

Weider liesen